Estelle Youssouffa
Entretien
     

Détenant une carte de presse, Estelle a été pendant plusieurs années au service de la chaîne LCI.
Après plusieurs années à LCI, Estelle est partis à Londres pour pouvoir entrer dans la version Anglicane d’Al Jazeera. Cela fait trois ans. La chaîne était alors à ses débuts.
Au départ, elle s’occupé de donné un point de vue, a retoucher les textes des journalistes, car c’est une experte en linguistique. 3 mois plus tard, on lui a confié la couverture de l’élection présidentielle française. Elle s’est occupée de gérer toute la logistique. C’est une aventure palpitante, dit-elle. Elle s’occupé de couvrir le camp royale. Elle a pu observer que, les hommes politiques n’ont pas les mêmes réactions avec une chaîne internationale.

Elle s’est occupée de toute la couverture. Dès la mi-avril, elle l’a commencé, par les enjeux des candidats, ensuite l’évolution des campagnes, les réactions et les gestes des différents candidats suite au débat.
Elle choisissait les différentes interventions sur le terrain, en fonction des différents éléments que pouvait apporter les reportages, afin de comparé suite à la projection d’un reportage sur un autre candidat. Quelles sont ces points négatifs, ses points positifs ?
Elle a alors pu observer de nombreux point négatifs, chez Ségolène, elle est très peu organisée, elle ne tient pas ces rendez avec les journalistes, et elle joue beaucoup de son physique, par exemples.
Le problème majeur restant d’obtenir un rendez vous avec, un candidat, sur une durée d’environ 15 min. Il lui a fallut organiser un planning, très poussé, pour savoir exactement comment bien s’organiser, et avoir un plan de comment va se passer la durée du tournage.

L’une des grosses difficultés restant, le faisceau de transmission. Il ne faut pas le louper car le prix est très élevé, car on paye chaque minute de temps dans le faisceau. Londres Paris, coûte environ, 1500 Euros, les 5 minutes. Il ne faut pas le louper, car cela peut nuire à la carrière de journaliste. En sachant que lors de messages on envoie, le reportage. On peut faire un reportage en plein voyage dans un train ou un avion afin de le rendre à l’heure.
Pour construire un reportage après le tournage, il faut déjà avoir un plan de la façon dont va être monté le reportage. Ensuite il faut arriver à faire la narration, cette partie étant appelé, le mixage, d’une façon construite comme un petit film, il faut déjà avoir le scénario en tête.

Elle est maintenant devenue, la correspondante de Al Jazeera à Paris, depuis peu de temps. On lui demande, de se rendre à tel endroit pour telle, événements, et on lui demande son point de vue, sur des événements en Angleterre. On lui demande même quelques fois d’assurer un direct sur place, pour la chaîne.
C’est bien plus que faire un simple reportage, c’est un veille permanente, c’est mon métier.

Pour Estelle les trois choses qui permettent à un bon journaliste de faire son travail sont, Les mots, les gens, et la technologie.